Publié le 24 Octobre 2015

Lettres à Elise

Non, je ne vais pas vous parler d'un concert de Mozart... Rhoo, mais oui, rassurez-vous, je sais que la lettre à Elise, c'est Beethoven! C'était pour voir si vous étiez attentifs dès le début de l'article! ;)

Bon, trêve de bêtises... Même si le célèbre morceau de Beethoven est fredonné et évoqué dans la pièce, ces "Lettres à Elise" forment une pièce de théâtre sous forme d'échanges épistolaires entre un homme et sa femme, durant la 1ère guerre mondiale. La pièce explore donc la vie entre 1914 et 1918, du point de vue d'un instituteur réquisitionné dans l'armée, Jean, et de son épouse, Elise, restée au village, en Auvergne. Le texte, signé Jean-François Viot, ne reprend pas une correspondance réelle, mais est inspiré de faits réels. Autrement dit, si la famille décrite ici n'a pas vraiment existé, si ces 2 personnages ne se sont pas vraiment écrit, les faits, les anecdotes racontées sont, elles, bien réelles, et inspirées de lettres de poilus que l'auteur a lues pour écrire cette histoire.

Jean-François Viot est décidément très bon dans ce genre d'exercice, ajoutant une dramaturgie, une intrigue humaine et parfois romançant un peu une base de faits réels et historiques. Il l'a déjà prouvé avec "Gustave et Alexandre" (la vie de Dumas par le biais d'échanges avec son serviteur) et "Sur la route de Montalcino" (qui parlait de Georges Lemaître, le prêtre belge "inventeur" du Big Bang). J'avais aimé ces deux spectacles (en particulier le 2ème), vus tous les deux à Louvain-La-Neuve. Mais "Lettres à Elise" est encore beaucoup plus fort, beaucoup plus touchant que les deux précédents.

En fait, la création de ce texte et du spectacle s'est faite en collaboration avec la compagnie des Baladins du Miroir (dont sont issues la metteure en scène Nele Paxinou et la comédienne Sophie Lajoie) et le comédien Jean-Marie Pétiniot, qui s'est apparemment beaucoup investi dans la recherche documentaire et a apporté sa vision à l'auteur. Et quand on voit le résultat, on sent que le sujet leur tenait à coeur et qu'il y a eu un grand investissement de tous dans ce projet.

Ce spectacle est une grande réussite. Des échanges épistolaires pendant plus d'une heure 30, cela peut faire peur, mais à aucun moment cette pièce ne semble longue! Les comédiens, même s'ils n'interagissent pas, sont absolument captivants lorsqu'ils "écrivent" à voix haute les lettres envoyées à leur conjoint (oui, c'est interprété dans ce sens-là, chacun lit la lettre qu'il envoie, pas celle qu'il reçoit, donc c'est bien Jean-Marie Pétiniot qui raconte l'histoire vécue par Jean, et Sophie Lajoie celle d'Elise). La mise en scène de Nele Paxinou permet à ces échanges de garder leur fluidité, et même si chacun a son côté de la scène, on n'a pas l'impression d'un spectacle statique : en effet, ils interprètent les scènes qu'ils racontent, changeant même de voix ou d'accent (ah, Jean-Marie Pétiniot, quand il prend l'accent du Centre, on dirait mon arrière grand-père!).

Le texte est intéressant, instructif et particulièrement émouvant, car il aborde la "Grande" guerre sous l'angle quotidien : l'insouciance des soldats au début, l'espoir que tout ira vite, qui peu à peu s'effrite, la lassitude, la peur, les tranchées (mais évoquées avec une certaine pudeur, sans descriptions macabres, car Jean veut épargner sa femme), les petites lâchetés, le nationalisme et le patriotisme, la fraternité des soldats, l'absurdité de la guerre... Et en face, au village, Elise raconte ce qui se passe pour ceux qui sont loin des tranchées: la peur de la mauvaise nouvelle, la solitude, les petits bonheurs aussi, la solidarité, le mépris de certains, les réfugiés qui arrivent et l'accueil qui leur est fait, le travail pour la patrie, la propagande... Et le rôle des femmes, qui s'affirment peu à peu tandis que les hommes s'enlisent dans les tranchées. Bref, on retrouve toutes les émotions, et de l'humour aussi (parfois caustique, comme dans les problèmes de math que le papa instituteur envoie pour son fils), dans ce texte qui ne juge pas mais relate simplement et joliment toutes les couleurs des âmes humaines.

Mais le gros point fort de ce spectacle, c'est l'interprétation des comédiens. Sophie Lajoie est parfaite de retenue, apportant une certaine légèreté, mais aussi tout en tension, tentant de sauver la face et de ne pas craquer, pour ses enfants, pour maintenir un semblant de vie normale en attendant celui qu'elle aime. Quant à Jean-Marie Pétiniot... Waouh! Quelle intensité de jeu! Il est... excellent, tout simplement, tellement émouvant, avec une grande fragilité, celle d'un homme éprouvé, qui a perdu ses repères, un pacifiste, démocrate dans l'âme. On le sent habité par son personnage, complètement... J'adore ce comédien, et il m'a une fois de plus énormément touchée, droit au coeur! Merci!

Le seul bémol que je pourrais apporter, c'est que Jean-Marie Pétiniot et Sophie Lajoie ne ressemblent pas à un jeune couple auvergnat (les personnages ne doivent pas avoir plus de 35 ans)... Mais bon, ça n'est pas dérangeant, je me suis juste fait la réflexion à un moment, avec certaines lettres, qu'on voyait mal Jean-Marie Pétiniot jeune père de famille, et que la très légère pointe d'accent québécois de Sophie Lajoie était étrange en Auvergne en 1914! Mais ça n'est évidemment pas grave, et ils sont tous deux tellement sincères et intenses dans leur interprétation que c'est vraiment un détail sans importance!

En conclusion, je ne peux que vous conseiller vivement de ne pas rater ce spectacle, qui vous fera peut-être poindre une petite larme par moments mais ne vous démoralisera pas, car cela reste aussi une ode à la vie (et à la paix!). Clairement vous ne sortirez pas de la salle en riant, mais disons que c'est un spectacle "fort", dont on ressort marqué mais pas traumatisé. Et c'est une belle leçon d'histoire par la même occasion, alors amenez-y des jeunes aussi!

"Lettres à Elise" se joue jusqu'au 30/10 au Blocry à Louvain-La Neuve (infos ici). Et je crois que la tournée se poursuit cette saison, je mettrai l'article à jour si je vois de nouvelles dates.

Voir les commentaires

Rédigé par Emelle

Publié dans #Théâtre, #Coup de coeur

Repost0

Publié le 22 Octobre 2015

Comme je le disais dans mon article précédent, il était temps que je me décide à reprendre le chemin de l'école de mon blog, on est déjà en octobre [edit: et même presque en novembre, le temps que je réussisse à terminer cet article et le publier!]. Après les reprises, petit aperçu des moments que j'espère forts pour cette saison 2015-2016, entre abonnements déjà pris depuis avril-mai (3 cette année: Wolubilis, Le Public, et l'atelier-théâtre Jean Vilar à Louvain-La-Neuve) et spectacles pointés dans les autres programmes, et plus ou moins pré-casés dans mon agenda!

Commençons par les abonnements:

  • A Wolubilis, j'attends avec impatience de voir 2 spectacles que j'aurais aimé voir à Paris la saison dernière mais qui n'ont pas collé avec mes déplacements professionnels de plus d'un jour : "Ancien malade des hôpitaux de Paris", d'abord: très hâte de découvrir la performance d'Olivier Saladin et le texte de Daniel Pennac, d'autant plus que j'en ai lu de très bonnes critiques! (ce sera pour décembre). Et en février, il y aura "Novecento" avec André Dussolier, Moliérisé pour cette performance... hâte aussi (Molière ou pas, en général j'aime beaucoup Dussolier) ! Sinon, très curieuse de voir comment danse contemporaine et images numériques se mélangent dans "Pixel" (en octobre) et de suivre une Masterclass de Bruno Coppens en décembre (même si du coup je louperai le premier IMAX de cette saison de Studio Impro)
  • Au Public, programme très varié comme toujours. Cette saison sera chargée en Coppens puisque je le verrai aussi 2 fois au Public! D'abord, et je suis très curieuse de le découvrir simplement acteur, dans "Big Bang (ou l'histoire d'un prof de philo face à sa classe)", un texte qu'il n'a pas écrit mais qui devrait lui convenir (il était prof de français à la base quand même non?). Ensuite il y aura "La vie est un destin animé", avec ses textes... à voir, ce sera le 3ème avec lui pour la saison, j'espère ne pas faire une overdose de jeux de mots!
    En octobre, j'aurai plaisir à retrouver Sam Touzani sur les planches (bien des années après Gembloux, un spectacle drôle et intelligent sur un épisode oublié de la 2ème guerre mondiale, dans lequel des tirailleurs marocains engagés (plus ou moins volontairement) dans l'armée française gagnent une bataille stratégique contre les Allemands). "C'est ici que le jour se lève" parle de relations amoureuses, et semble s'éloigner des spectacles précédents de Sam Touzani, mais je suis curieuse de le découvrir.
    J'irai enfin voir "Coming out", un texte de Tom Lannoye que Chrisitan Labeau interprète depuis quelques temps avec de très bons échos.
    Enfin, j'épinglerai encore "Tristesse, animal noir", un texte annoncé comme puissant et poétique, avec notamment Itzik Elbaz et Serge Demoulin à l'interprétation
  • Au Jean Vilar, petit abonnement de 3 spectacles mais qui promettent a priori beaucoup!
    D'abord le plaisir de revoir Jean-Marie Pétiniot dans une collaboration avec les Baladins du miroir (mais pas sous chapiteau) : "Lettres à Elise", des échanges épistolaires sur le quotidien de la guerre 14-18. [Vu depuis, article en cours d'écriture, mais je vous le dis déjà: foncez-y, c'est très émouvant et très beau!].
    Ensuite, "30/40 Livingstone", que je voulais voir à Avignon en 2014 mais que j'ai loupé parce que c'était complet au moins une semaine à l'avance... Ca semble totalement loufoque et décousu et absurde... et puis y'a Sergi Lopez <3 (pardon... mais j'aime beaucoup cet acteur!)
    Enfin, "Tu te souviendras de moi" aborde le sujet délicat de la maladie d'Alzheimer. Je m'attends à être embarquée dans l'émotion, surtout au vu de la distribution: Alexandre Von Sivers, Jo Deseure, Benoît Verhaert, Sandrine Bonjean...

 

Et à part ça? Eh bien, j'irai faire un tour au centre Culturel d'Auderghem pour "La chanson de l'éléphant" avec notamment Jean-Baptiste Maunier: une sorte de thriller psychologique en huis clos dans un asile psychiatrique, ça me tentait bien (non je suis pas une psychopathe) et même si je suis parfois méfiante sur le côté "tête d'affiche connue venant du cinéma" j'ai lu de bonnes critiques sur la prestation de J-Baptiste Maunier.

Du côté des Martyrs, j'ai pointé "Alive", mais c'est en décembre alors ça dépendra de mes dispos... un western musical, j'espère arriver à le caser dans mon agenda parce que ça m'intrigue!

Le mois de janvier 2016 sera essentiellement (mis à part un "Sois belge" à Mons, plus très motivée à aller au théâtre St Michel) sous le signe de... devinez... on célèbre le 400ème anniversaire de sa mort en 2016 (plutôt en avril mais je prendrai de l'avance...). Eh oui, sous le signe de Shakespeare! Avec une petite (?) escapade à Londres autour du "King & Country" avec une amie bloggeuse (on vous parlera de tout ça et on vous donnera nos impressions, promis!), et ensuite "Un conte d'hiver" au Parc (même si ma dernière expérience shakespearienne au Parc ne m'avait pas trop convaincue - à part la prestation de Guy Pion - je retente, j'ai confiance en Anne-Pascale Clairembourg et Itzik Elbaz pour un bon niveau de jeu, au moins!)

J'ai aussi envie d'aller voir "Taking care of baby" en février à l'Atelier 210. Pas hyper fan de l'auteur, Dennis Kelly, mais c'est une mise en scène de Jasmina Douieb, avec la compagnie 'entre chiens et loups'...

Au TTO, si je trouve de la place dans un agenda déjà chargé en février, je voudrais aller voir "Misère", très librement adapté de Stephen King!

Pour le reste, encore beaucoup d'hésitations, mais j'ai pointé de manière assez sûre, pour le mois de mai, "La colère du tigre" à la Comédie Claude Volter, un affrontement entre Clémenceau et Monet interprété par Michel de Warzée et Jean-Claude Frison, et "Claque" aux Riches-Claires, un seul en scène de Benoît Verhaert dont le pitch qui ne dévoile rien, m'attire au plus haut point!

Et certainement, plein d'autres choses, si ma santé me le permet (vivement que je récupère toute mon énergie!), et évidemment de l'impro, avec autant de "Studio impro" que possible et un "Versus" de la LIP...

A suivre pour les critiques sur ce blog! Belle saison à tous et n'oubliez pas d'aller voir des artistes sur scène et des spectacles vivants!

Voir les commentaires

Rédigé par Emelle

Publié dans #programme, #saison 2015 - 2016

Repost0

Publié le 9 Octobre 2015

Rire, please...

Après le Public l'an dernier, c'est au tour du TTO de fêter ses 20 ans! Pour cet anniversaire, pas de saison spéciale, mais une pièce, "commandée" à deux auteurs habitués de la maison, Sébastien Ministru et Laurence Bibot. A la base, dans le pré-programme en fin de saison dernière, le 'pitch' annonçait une Nathalie Uffner (la directrice du théâtre) qui s'emmêlait les pinceaux en évoquant ses souvenirs, mélangeant les textes et surtout les personnages et les 'réaffectant' (si je puis dire) dans le mauvais spectacle...

Dans la version définitive du programme, cependant, le résumé avait quelque peu varié. Il était toujours question de Nathalie Uffner, invitée d'une émission télévisée présentée par une vieille (...) amie (avec qui il restait des abcès à percer et d'anciennes rancoeurs à régler). Lors de l'émission, au-delà des souvenirs, se pose surtout la question du rire, et de son évolution en 20 ans. Le TTO est supposé être en recherche d'un rire nouveau, ou renouvelé, ou plus profond... On assistera en tout cas, en parallèle de l'interview, à plusieurs scènes entre les comédiens du TTO et leur nouvelle metteure en scène ultra contemporaine et l'évolution d'un spectacle... euh... d'humour conceptuel avec une histoire assez peu classique. Ensuite, flash forward vers une remise de prix du théâtre et la création suivante du TTO.

Comme cela peut se ressentir en lisant le résumé, tout cela est un peu décousu, mais ce n'est pas ce qui m'a le plus dérangée.. Le spectacle met un peu de temps à démarrer et il y a quelques longueurs, mais dans une bonne première moitié, j'ai bien ri et plutôt bien apprécié le spectacle. C'est après que, pour moi, ça se gâte. Je trouve la partie 'remise des prix' et le gros délire "Racine en mode orgie musicale" assez inutiles, et franchement lourds. OK, le TTO a décidé de se moquer de lui-même et des ingrédients classiquement utilisés dans ses pièces et mises en scène, en les poussant à l'extrême. Mais là où justement c'est parfois déjà too much (mais drôle) en temps normal, encore en ajouter une couche, je trouve que c'est vraiment trop! Quel besoin de hurler et se démener, en faire beaucoup trop, se caricaturer à l'extrême? D'accord, je ne suis pas en grande forme en ce moment, mais je suis sortie de la salle avec un bon mal de crâne tellement c'était bruyant et criard!

Quant au côté "caricature du théâtre intello que personne ne va voir mais qui rafle des prix, de bonnes critiques et des subsides"... Le fond n'est pas faux, certains sketchs sont drôles, mais à nouveau, c'est trop, et était-ce le bon spectacle pour en parler? L'impression qui s'en dégage pour moi c'est que Nathalie Uffner (ou les auteurs de la pièce?) est aigrie et a voulu régler des comptes et je trouve ça dommage dans une pièce anniversaire. Je peux comprendre qu'il doit être blessant (et injuste) d'être méprisé par une certaine presse (et certains acteurs du milieu culturel) alors que vous avez du succès et amenez du plaisir à vos spectateurs, mais je ne trouve pas que cette pièce soit la meilleure façon de le dire. A la limite, vu que les caricatures sont poussées loin des deux côtés, on dirait que cette pièce ne fait que renforcer l'écart et du coup, le justifie presque! Evidemment qu'un théâtre comme celui de la Toison d'Or a sa place et il faut des endroits pour rire et se détendre sans arrière pensée! Mais il faut aussi arrêter, le monde du théâtre n'est pas fait de blanc et de noir, et entre les comédies populaires (au sens noble du terme) et les pièces intellos prises de tête, il y a heureusement énormément d'autres spectacles riches et intéressants, et qui n'ont pas forcément non plus l'éclairage qu'ils méritent de la presse ou des institutions.

Bref, j'ai été plutôt déçue de "Rire, please", qui pourtant partait bien mais qui glisse vers une exagération qui pour moi flirtait avec le grotesque et ne m'a plus fait rire au bout d'un moment!

Dommage, d'autant que les comédiens, habitués du TTO pour la plupart, sont plutôt bons, mais à un moment donné, quand ça part dans le "too much", eux aussi en font trop, forcément...

Allez, sans rancune et à bientôt quand même pour rire avec vous!

Rire, please : au TTO jusqu'au 31/10.

[article commencé le 9/10 et publié le 21/10... désolée, j'espère retrouver un rythme normal bientôt!]

Voir les commentaires

Rédigé par Emelle

Publié dans #Théâtre

Repost0

Publié le 2 Octobre 2015

Bah oui, il est grand temps que sonne la reprise, on est déjà au début du mois d'octobre! Non, je n'ai pas abandonné ce blog, mais diverses raisons ont fait que j'ai fait une petite pause... (et que je vais reprendre à un rythme un peu ralenti). De toute façon, je n'avais rien dans mon agenda théâtral en août, et je n'ai rien pris en septembre non plus, donc je commence seulement ma saison 2015-2016 (je vous donnerai un aperçu de ce que j'ai déjà dans mes abonnements et de mes envies dans un autre billet très vite!)

Qui dit début de saison (ou presque), dit programmes de nombreux théâtres pour toute la saison, et dit aussi reprises de spectacles déjà donnés les années précédentes!
Or, il se trouve qu'il y a un certain nombre de pièces que j'ai vues, dont je vous ai en général parlé ici, et qui seront à nouveau jouée en 2015/2016!

Petit tour d'horizon et liens utiles !

Commençons par les coups de coeur, les incontournables, ceux que je vous conseille chaleureusement (sans ordre précis parmi ces différentes propositions, par contre!)

  • Tuyauterie: cette pièce de Phlippe Blasband, écrite sur mesure pour Charlie Dupont et Tania Garbarski, n'a qu'un défaut: elle est trop courte! C'est une belle comédie sur les rapports hommes-femmes, tout en légèreté mais avec du fond quand même, l'air de rien! Je vous en parlais plus longuement ici. A voir ou revoir, entre autre:
    Le 19/11/15 au centre culturel d'Uccle
    Du 19/01 au 27/02/16 au Public
    Du 15/03 au 19/03/16 au théâtre de Liège
  • Tutu : un sublime spectacle de danse plein d'humour et de technique, pour tous, y compris ceux qui pensent ne pas aimer la danse! L'un de mes coups de coeur à Avignon cet été (lire ici), spectacle de danse préféré des détenteurs de carte Off ayant voté, d'ailleurs!
    De passage au centre culturel d'Uccle le 19/04/16... Foncez-y!
  • Sous la robe : Bon, je ne suis même pas sûre qu'il reste des places, mais si vous avez l'occasion d'aller voir Maître Nathalie Penning sur scène (plutôt qu'au palais de justice, tant qu'à faire!) ne la ratez pas, elle est hilarante! Une belle surprise dont je vous parlais ici. Cette saison, ce n'est pas au TTO mais à Uccle qu'elle reprend son spectacle, du 12 au 16/01/16
  • La Vénus à la fourrure : Marie Gillain et Nicolas Briançon sont en tournée cette saison avec la Vénus, un spectacle qui m'a totalement scotchée l'an dernier! Cette tournée passe par la Belgique, Liège c'était en août je crois, Wolubilis ce sera du 15 au 18/10 prochains, mais tout est sold out... Retour en Belgique en janvier 2016, à Liège, Charleroi, Arlon, Louvain-La-Neuve et Braine-le-Comte. Infos et réservations sur ticketmaster (cherchez sur le nom du spectacle et la ville). Je vous recommande en tout cas ce spectacle, qui va plus loin que son thème apparemment 'chaud' du masochisme, pour explorer les rapports de dominations dans le couple et dans le travail.
  • Ceci n'est plus un couple : une comédie bien vache et cinglante sur le divorce entre une juive et un musulman! Du rythme, des clichés et énormément d'auto-dérision! Un vrai coup de coeur (au Off en 2014) dans le rayon comique, repris cette saison notamment à l'espace Pôle Nord à Bruxelles du 17 au 21/10 (et peut-être ailleurs ensuite?)
  • Djihad : Toujours sous la plume d'Ismaël Saïdi (comme "ceci n'est plus un couple"), un spectacle fort, drôle et émouvant, indispensable! J'en parlais en fin de saison dernière; a priori ils sont repartis dans les écoles cette année, mais guettez les dates 'non scolaires' (sur la page facebook), ça vaut la peine!
  • Maurane, toujours aussi scène : Maurane a continué sa tournée cet été et elle est toujours sur les routes en France, Suisse et Belgique, au moins jusque décembre 2015. Un chouette concert où on la retrouve fidèle à elle-même, à ne pas rater si vous aimez cette chanteuse! Mon 'compte rendu' ici, les infos et les dates: .

Ca, c'était donc la partie "chaudement recommandés, ne les loupez pas si vous pouvez!". Mais ça n'est pas tout: les spectacles de la liste suivante sont ceux que j'ai aimés, que je ne considère pas forcément comme incontournables, mais qui valent la peine, pour une bonne petite soirée théâtre !

  • Cabaret : J'ai hésité à le mettre dans les coups de coeur, mais j'avais quand même trouvé ça un poil longuet, d'où ce positionnement. C'est néanmoins une très belle production, un vrai "musical" représenté avec talent par une nombreuse troupe. Je l'ai vu il y a un an (pour ouvrir la saison des 20 ans du Public), il est repris, toujours au théâtre National, du 10 au 20/12/15.
  • Cendrillon ce macho : Eh oui ce spectacle du TTO tourne toujours. Je n'ai jamais eu l'occasion d'écrire dessus, je l'ai pourtant vu 3 fois depuis sa création (en 2007 ou 2008). Cette version gay et musicale (bourrée de chansons en play-back et de chorégraphies), signée Sébastien Ministru, revisite le conte traditionnel, avec un Cenrillon (sexy Fred Nyssen, notamment sur "Moi Lolita" version Julien Doré) et un prince charmant (Antoine Guillaume, charmant et touchant), Tous les comédiens sont au top, Julie Duroisin est hallucinante de drôlerie dans son rôle de secrétaire du prince, Laurence Bibot en marraine défoncée est joyeusement à l'ouest, Jean-François Breuer est un styliste débordé très très gay, 'Maman' et ses 'filles' Marla et Bruno forment une belle-famille de Cendrillon complètement... géniale de méchanceté et de bêtise! C'est déjanté, militant mais pas trop, plein de légèreté, de paillettes, bref ça donne de l'énergie et met de bonne humeur!
    Si vous ne l'avez pas encore vu, ou que vous l'avez vu depuis plus de 3 ans et que vous voulez vous remettre dans l'ambiance et voir les petits changements de titres, profitez-en: les 23 et 24/3/16 à Wolubilis, ou le 11/06/16 au Centre culturel d'Uccle.
  • Juke Box : le spectacle des fêtes du TTO l'an dernier reprend du service! Procédé d'écriture original et résultat réussi selon moi... Au TTO du 9/12/15 au 9/01/16
  • Dernier coup de ciseaux : l'autre reprise de la saison dernière au TTO. Une pièce interactive, mais pas forcément comme je l'avais compris (lire ici), ce qui m'avait frustrée l'an passé.. Néanmoins, un spectacle sympa et qui change un peu! Au TTO du 13/04 au 28/05/16.
  • Le tour du monde en 80 jours : pour la 4ème année je crois, le théâtre du Parc reprend son tour du monde, adaptation du roman de Jules Verne. Je ne bloggais plus au moment où je l'ai vu, mais en résumé, j'avais été un peu mitigée sur l'ajout de gags parfois faciles ou qui ne s'intégraient pas forcément bien dans l'intrigue... Disons que je trouve que le parti pris de faire rire est parfois au détriment de l'histoire. Mais la mise en scène est hyper ingénieuse, les décors grandioses, c'est une très belle production, un spectacle familial par excellence qui devrait émerveiller les plus jeunes! Au Parc du 20 au 29/05/16

Enfin, il y a aussi des spectacles que j'ai vus, pas aimés, et qui sont repris quand même... preuve que le théâtre c'est subjectif ;) (et c'est bien normal). Du coup je les reprends quand même ici, pour expliquer ce qui m'a dérangée dans ces spectacles:

  • La famille du collectionneur : ce Goldoni m'avait profondément ennuyée, j'avais essayé de vous expliquer pourquoi dans cet article. Au Jean Vilar à nouveau pour les fêtes (beaucoup avaient aimé l'an dernier donc c'est logique), du 9 au 15/01/16
  • Le dîner d'adieu : Là pour le coup je trouve que c'est une belle arnaque, avec les 2 auteurs du "Prénom" (pièce vraiment réussie) qui ont joué sur leur notoriété et surfé sur le succès, et ne se sont vraiment pas foulés avec cette pièce ! Ma critique est ici, un comédien a changé pour la tournée mais je ne crois pas que ça change grand chose, vu que c'est surtout au niveau du texte et de l'intrigue que se situe le problème. Au théâtre St Michel le 21/01/16.
  • ReVolt : chorégraphie pour une danseuse signée Thierry Smits (que d'habitude j'aime bien)... Je l'ai vue en avril et ne vous en ai même pas parlé tellement je n'ai rien aimé, je suis passée totalement à côté de ce spectacle. Pourtant j'en ai lu pas mal de bonnes critiques... Je sais pas... Pour moi c'est une variation autour d'une 10aine de mouvements pendant 50 min, c'est trop répétitif, en lisant les explications je croyais que c'était une métaphore de nombreuses situations dans lesquelles la femme brise ses chaînes et son carcan, j'ai pas du tout ressenti ça dans le spectacle, pour moi on est toujours dans le même thème, la libération du corps... Bref, pas du tout accroché, impression d'un travail complètement inabouti mais bon la danse c'est encore plus subjectif! A la Balsamine du 24 au 27/02/16.

Voir les commentaires

Rédigé par Emelle

Publié dans #programme, #reprises

Repost0